16 mars
Desbordes-Valmore, L'Attente
Lamartine, Elegie (DiLalla)
Musset, Tristesse
Lamartine, L'Automne

A l'instar de Jean-Jacques Rousseau, le public français favorise l'expression des sentiments au dépens d'une littérature qui fait appel purement à l'esprit, comme au XVIIIe siècle. Dès 1820, la poésie lyrique est en vogue: on désire entendre le chant de l'âme du poète, ses pensées intimes, ses aspirations les plus hautes, ses douleurs les plus profondes.

 

 

 

 

 

 

 

20 mars
Hugo, Claire de lune (Boutan)
Vigny, Le bain d'une dame romaine (Correnti)
Gautier, Séguidille (Patterson)
Hugo, Les Djinns
Musset, Venise (Kent)
L'exotique représente un dépaysement, dans l'espace ou dans le temps. L'Orient, conçu comme les cultures du bassin méditerranéen, surtout les pays arabes et l'Espagne, étaient une destination privilégiée. La vérité culturelle ou historique importe moins que les détails concrets de la couleur locale, tout ce qui différencie et distancie Europe et Orient.

 

 

 

 

 

 

 

23 mars
Hugo, Booz endormi (Trivedi)
Nerval, Fantaisie
Hugo, Souvenir de la nuit du 4 (des Châtiments) (Beakley)
Vigny, Le Cor (Fuller)

Après deux siècles de modèles et de mythologies grecs et romains, les Français à l'époque romantique s'intéressent de nouveau à leur propre histoire et à leurs traditions nationales. L'âge médiéval et le Christianisme deviennent de nouvelles sources d'inspiration, aussi bien qu'une nostalgie pour la gloire que la France a connue sous Napoléon.

 

 

 

 

 

 

 

27 mars
Lamartine, Le lac
Hugo, Puisque mai tout en fleurs (Lehtinen)
Gautier, Dans la sierra (Rast)
Musset, Ballade à la lune (Smidt)
La nature est source d'inspiration par excellence pour les romantiques, qui célèbrent ses beautés incorruptibles. Ils y voient refléter des vérités éternelles aussi bien que les mouvements de leur propre âme. Mais cet appel poétique à la nature devient tellement répandu que certains poètes commencent à ironiser sur cette convention littéraire.

 

 

 

 

 

 

 

3 avril
Hugo, Le mendiant (Diagne)
Lamartine, L'Occident (Heinen)
Hugo, Et nox facta est (Shelton)
Baudelaire, La Vie antérieure (Deal)

Le projet du XVIIIe siècle était de tout connaître par des moyens scientifiques; mais les romantiques, avec leur regard tourné constamment vers l'au-delà, mettaient en valeur l'homme de génie qui saisissait des vérités éternelles grâce à l'inspiration, à la méditation, et parfois à des visions fantastiques.